En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal Logo AgroParisTech logo Labex Arbre

laboratoire LERFoB

KUHN Emilien

image Emilien Kuhn
© UMER LERFoB/INRA
Doctorat équipe Écologie Forestière (EF)

Son passage au LERFoB

• Titre de la thèse :

Impact du changement climatique récent sur les aires de répartition des espèces végétales forestières

thèse soutenue le 28 septembre 2016

• Encadrement :

Jean-Claude GÉGOUT, professeur LERFoB (équipe EF)

• Thématique de recherche :

Les changements globaux sont à l’origine de profondes modifications des écosystèmes. Il est attendu que le changement climatique, à l’origine de l’augmentation récente des températures moyennes, ait un impact fort sur la distribution des espèces à l’échelle de la planète.

De nombreuses observations de modifications de la répartition des espèces cohérentes avec les attentes liées au changement climatique ont été réalisées au cours de la décennie passée.

• Objectifs des travaux de thèse :

Au sein du LERFoB, des travaux récents ont montré, qu’en moyenne, les espèces végétales forestières étaient montées en altitude dans les montagnes françaises au cours des 40 dernières années. Il a également été observé que les communautés végétales subissaient un remaniement lié au réchauffement climatique dans les zones de montagne mais pas en plaine, ce remaniement est faible par rapport au changement climatique ce qui entraîne un « retard » de la végétation sur le climat.

A la suite de ces résultats, mon travail de thèse se focalise sur 2 axes principaux :

  • Mettre en évidence et mesurer les potentiels changements de répartition des espèces végétales forestières à l’échelle du territoire français, notamment aux marges de leur distribution
  • Comparer et mettre en relation les prédictions de modèles de distribution avec les changements observés

• Démarche :

Ce travail est réalisé à l’aide d’importantes bases de données floristiques réunies au laboratoire : Sophy, EcoPlant et IFN. Les données floristiques sont mises en relation avec les facteurs de l’environnement issus de la base de données Digitalis. Les données sont traitées à l’aide de méthodes statistiques, notamment des modèles de régression non-linéaire, paramétriques et non paramétriques. Une part importante de mon travail consiste à calibrer, évaluer et analyser des modèles de distributions des espèces qui permettent ensuite de réaliser des hypothèses sur l’impact attendu du changement climatique récent.

• Mots clés :

changement climatique ; aire de répartition ; espèces végétales ; forêt ; modèle de distribution

• Présentation :