En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal AgroParisTech Labex Arbre Logo_UL Logo_cnrs Logo_unistra Beta

Bureau d'Economie Théorique et Appliquée

Laboratoire d'Economie Forestière

Les activités récréatives en forêt

La majorité des forêts françaises sont libres d'accès pour les visiteurs et elles sont utilisées par la population pour un large éventail d'activités (marche, vélo, observation de la nature, etc.). Bien que les visiteurs ne paient pas de frais d'entrée en forêt, les services récréatifs fournis par les forêts représentent une valeur importante pour la société. L'évaluation de la valeur récréative des forêts est importante pour deux raisons principales. Premièrement, une allocation optimale des ressources en terres nécessite des informations sur la valeur totale (valeur marchande et non marchande) des biens et services fournis par une utilisation donnée des terres et, en particulier, sur la variation spatiale de ces valeurs. Deuxièmement, la gestion des forêts et le développement des infrastructures récréatives ont un impact sur le service récréatif fourni par les forêts. Par conséquent, pour gérer la forêt de manière optimale sur le plan social, il est important d'évaluer les déterminants de la valeur récréative.

  • Personnes impliquées

Responsable : Jens Abildtrup

Autres chercheurs impliqués : Serge Garcia, Anne Stenger

  • Résultats

Au cours des deux dernières décennies, le LEF a réalisé plusieurs enquêtes sur l'utilisation de la forêt et d'autres sites naturels à des fins récréatives par la population. La première enquête s'est déroulée en 2001 auprès de plus de 4500 ménages. Sur la base de cette enquête et de l'application de la méthode des coûts de déplacement, la valeur du service récréatif des forêts françaises est estimée à environ 8,5 milliards d'euros par an (Jacob et Garcia 2010).

En 2009, une nouvelle enquête est menée pour évaluer les déterminants de la valeur récréative des forêts en Lorraine. Cette enquête a recueilli des données sur les préférences révélées et déclarées des visiteurs. Les données sur les préférences révélées proviennent de questions sur l'utilisation antérieure de la forêt, y compris les forêts visitées. Les données sur les préférences déclarées sont obtenues grâce à la méthode d'expérimentation des choix discrets (discrete choice experiment, DCE) où les répondants sont invités à choisir parmi la forêt la plus visitée au cours de la dernière année et deux forêts hypothétiques. Les forêts hypothétiques sont caractérisées par le type de forêt, la présence d'installations récréatives (sentiers, aires de stationnement et de pique-nique), l'accès aux plans d'eau et la distance entre la forêt et la résidence du répondant. Cette étude contribue, outre l'évaluation de la valeur marginale des caractéristiques forestières, à évaluer l'hétérogénéité spatiale des préférences pour les loisirs forestiers (Abildtrup et al., 2013). De plus, le projet est également à l'origine de plusieurs avancées méthodologiques dans l'utilisation de modèles de sélection de sites pour l'évaluation des sites récréatifs extérieurs. Ceci inclut des approches pour 1) gérer de grands ensembles de choix dans des modèles avec hétérogénéité de préférences, 2) modéliser simultanément le mode de transport et le choix de la forêt visitée, et 3) intégrer des cartes interactives dans les enquêtes web (Abildtrup et al. 2015). Il a également été démontré que l'expérience des loisirs en forêt peut influencer la prise de décision (certitude de choix) dans un DCE (Tu et Abildtrup 2016).

Dans une enquête auprès des résidents du Grand Nancy en 2013, nous avons étudié dans quelle mesure les parcs urbains et les forêts périurbaines peuvent servir de substituts. Nous avons appliqué un DCE où l'on demande aux répondants de choisir entre des logements actuels et des logements hypothétiques qui se caractérisent par un accès différent aux forêts et aux parcs urbains. Nous ne trouvons pas que les forêts périurbaines peuvent se substituer aux parcs urbains, mais nous constatons que les jardins privés se substituent dans une certaine mesure à l'accès aux espaces verts publics (Tu et al., 2016).

Un projet en cours évalue les déterminants des loisirs forestiers à l'échelle européenne, en mettant l'accent sur les caractéristiques étroitement liées à la gestion des forêts (composition des essences, structure par âge et présence de bois mort, etc.). Ce projet est mené en collaboration avec un consortium européen de chercheurs et avec la participation du ministère français de la transition écologique. Un élément important du projet AFORBALL est l'évaluation et la cartographie des services récréatifs du parc naturel régional (PNR Ballons des Vosges). Dans les projets BAFES / BRECERF, l'attitude des visiteurs forestiers français vis-à-vis du potentiel de recyclage des cendres dans les forêts est étudiée à travers une enquête.

  • Liste des publications

Abildtrup, J., Garcia, S., Olsen, SB, Stenger, A. 2013. L'hétérogénéité des préférences spatiales dans les loisirs forestiers. Ecological Economics 92: 67-77, ( http://dx.doi.org/10.1016/j.ecolecon.2013.01.001 ).

Abildtrup, J., Olsen, SB, Stenger, A. 2015. Combinaison des données RP et SP tout en tenant compte des grands ensembles de choix et du mode de voyage - une application à la récréation en forêt. Journal of Environmental Economics and Policy 4 (2): 177-201. ( https://doi.org/10.1080/21606544.2014.986210 )

Garcia S., Jacob J. (2010) «La valeur récréative de la forêt en France: une approche par les coûts de déplacement» , Revue d'études en Agriculture et Environnement, 91 (1), 43-71.

Tu, G., Abildtrup, J. 2016. L'effet de l'expérience sur le choix de l'endroit où aller: Une application à une expérience de choix sur les loisirs forestiers . Journal de la planification et de la gestion de l'environnement 59 (11): 2064-2078. ( https://doi.org/10.1080/09640568.2015.1119105 )

Tu, G., Abildtrup, J., Garcia, S. 2016. Préférences pour les espaces verts urbains et les forêts périurbaines: Une analyse des choix résidentiels déclarés. Paysage et urbanisme 148: 120-131. ( https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2015.12.013 )